Un défi,

un problème :

un jeu !

Dans le monde du jeu, il est très difficile d’avoir un consensus sur ce qui fait partie ou non du monde du jeu.

Les activités ludiques qui ont pour objectifs le développement des apprentissages, des connaissances sont-elles réellement des jeux ?

Classification selon les intelligences multiples

Depuis quelque temps, nous intégrons les intelligences multiples dans le monde du jeu et dans les ludothèques. La typologie d’Howard Gardner, que nous utilisons comme grille de lecture nous semble la plus accessible pour tous et toutes. Gardner définit 8 intelligences, capacités, catégories:

Intelligences linguistiques :

consiste à utiliser le langage pour comprendre les autres et pour exprimer ce que l’on pense. C’est l’intelligence des sonorités.

On y retrouverait : les jeux éducatifs de lecture, vocabulaire, grammaire, conjugaison, mais aussi tous les jeux familiaux de lettres, de concept à deviner, de narration, etc.

Intelligence logico-mathématique :

c’est la capacité de logique, d’analyse, d’observation ainsi que celle de résoudre des problèmes. Ce type d’intelligence permet l’analyse des causes et conséquences d’un fait, l’émission d’hypothèses, la compréhension de phénomènes complexes, la manipulation des chiffres et l’exécution des opérations mathématiques. 

On y retrouverait : les jeux de calcul, de géométrie, de logique, de stratégies.

Intelligence intrapersonnelle :

est l’aptitude à faire de l’introspection, c’est-à-dire à revenir à l’intérieur de soi, à identifier ses sentiments, à analyser ses pensées, ses comportements et ses émotions. Cette forme d’intelligence permet de se comprendre soi-même, de voir ce qu’on est capable de faire, de constater ses limites et ses forces, d’identifier ses désirs, ses rêves et de comprendre ses réactions. C’est aussi la capacité d’aller chercher de l’aide en cas de besoin.

On y retrouverait : les jeux qui se jouent seuls ou qui peuvent aider le joueur à se poser des questions sur lui-même.

Intelligence interpersonnelle : 

ou sociale permet à l’individu d’agir et de réagir avec les autres de façon correcte. Elle l’amène à constater les différences de caractère, de nature, de motifs d’action entre les individus. Elle permet l’empathie, la coopération, la tolérance. Elle donne la possibilité de détecter les intentions de quelqu’un sans qu’elles ne soient ouvertement avouées. Cette forme d’intelligence permet de résoudre des problèmes liés aux relations avec les autres; elle permet de comprendre et de générer des solutions valables pour aider les autres.

On y retrouverait : les jeux associatifs, collaboratifs et coopératifs.

Intelligence visuospatiale :

permets à l’individu de se faire une représentation spatiale du monde dans son esprit. Elle donne la possibilité de créer des œuvres d’art et artisanales, d’agencer harmonieusement des vêtements, des meubles, des objets, de penser en images.

On y retrouverait : les jeux s’appuyant sur la discrimination visuelle, sur l’image ou sur le dessin.

Intelligence kinesthésique :

est la capacité d’utiliser son corps ou une partie de son corps pour communiquer ou s’exprimer dans la vie quotidienne ou dans un contexte artistique, pour réaliser des tâches faisant appel à la motricité fine, pour apprendre en manipulant des objets, pour faire des exercices physiques ou pratiquer des sports 

On y retrouverait : les jeux de mimes ou ceux exigeant une motricité importante ou fine.

Intelligence musicale :

est la capacité de penser en rythme et en mélodie, de reconnaître des modèles musicaux, de les mémoriser, de les interpréter, d’en créer, d’être sensible à la musicalité des mots et des phrases.

On y retrouverait : les jeux thématiques sur la musique ou ceux qui sont spécifiques au niveau de leur rythme.

Intelligence naturaliste :

permets à l’individu de classifier, de discriminer, de reconnaître et d’utiliser ses connaissances sur l’environnement naturel, sur les animaux, sur les végétaux ou sur les minéraux. Souvent les personnes chez lesquelles cette forme d’intelligence est bien développée aiment posséder un cahier de notes d’observations ou garder leurs observations en mémoire; elles aiment prendre soin d’animaux, cultiver un jardin et sont en faveur de l’établissement de parcs dans leur ville.

On y retrouverait : les jeux thématiques sur la faune, la flore, l’environnement ou ceux qui sont liés à la catégorisation et au classement d’éléments.

Dans le cadre de ce site nous développerons dans un premier temps : les jeux linguistiques, logico-mathématiques et interpersonnels afin d’apporter une réponse aux acteurs du milieu de l’éducation.


L’apprentissage par le biais des intelligences multiples est à découvrir plus en profondeur dans les ouvrages suivants :

La Ligue des Talents
Motiver les enfants par le jeu

Jeux linguistiques

Parents, enseignants, éducateurs… nous sommes tous confrontés au besoin de développer les compétences linguistiques des enfants qui sont sous notre responsabilité. Les jeux peuvent être une belle réponse à cela, car ils apportent plaisir en groupe et apprentissages.

Même si la plupart des jeux permettent de travailler le langage, certains jeux développent tout particulièrement l’une ou l’autre compétence, avec des degrés d’exigence divers.  

On distingue deux grandes catégories de jeux pertinents pour l’apprentissage : les jeux éducatifs qui sont des exercices déguisés et des jeux familiaux qui ne donnent pas l’impression d’être dans une activité d’apprentissage. 

Les jeux éducatifs :

Les éditeurs  Cat’s Family et  AB Ludus avec sa collection Tam Tam sont les représentants des jeux éducatifs linguistiques.  Ils proposent tous les deux des jeux de cartes permettant de travailler la langue (vocabulaire, conjugaison ou grammaire) selon les difficultés de la langue française et des enfants.  Il s’agit de jeux que nous n’utiliserions sans doute pas entre amis lors d’une soirée, mais ils apportent du plaisir à ceux qui les utilisent lors d’une activité d’apprentissage.

 

Les jeux familiaux :

Par jeux familiaux, nous entendons les jeux qui ne donnent pas l’impression aux joueurs de poursuivre le travail scolaire ou de retourner à l’école. Les plus nombreux, il est nécessaire de les catégoriser en fonction de l’apprentissage ciblé.

a)     Les jeux de vocabulaire

      Les jeux d’images qui demandent de mobiliser son vocabulaire en voyant une image  comme « Time’s up Kids » ou comprenant un nombre incalculable d’éléments comme le jeu Kaleidos de l’éditeur « Cocktail Games »

      Les jeux de lettres qui demandent de mobiliser un vocabulaire connu en partant d’une ou plusieurs lettres : « Thématik », le « Scrabble »

      Les jeux de mots logiques comme « Imagine » ou « Concept » qui sur base d’idéogrammes et de liens logiques nous demandent de retrouver un mot ou une expression. La richesse se trouve dans les mots qui seront proposés par les joueurs avant de trouver la bonne réponse.

      Les jeux d’indices comme « Dixit », « Mystères » qui nous demandent de donner un indice juste pour aider les joueurs à trouver le concept, mais de préférence pas trop vite. 

b)    Jeux de questions

Nous avons tous joué à « Qui est-ce ? », « Devine-tête » ou aux jeux de l’éditeur « Kikigagne » qui proposent entre autres la collection BlacksStories (senior ou junior). Des jeux qui entrainent les joueurs à formuler des questions et à faire preuve de logique.

 c)     Les jeux de communication

Se poser autour d’une table et jouer créent naturellement des situations de communication. Cependant, tous les jeux n’ont pas le même effet. Jouer au jeu d’échecs exige de la concentration et n’entraine pas nécessairement de longues discussions et des fous rires.  Concentrons-nous sur les jeux qui ont une particularité au niveau de la communication et qui peuvent convenir à un public qui maîtrise moins la langue au départ ou qui est plus introverti.

      Les jeux à communication restreinte

Une grande variété de jeux existent que l’on peut classer de ceux les moins exigeants, à ceux qui interdisent d’avoir certains propos et donc qui obligent à en tenir d’autres. Prenons pour commencer le jeu « The mind » de l’éditeur « Oya » qui s’appuie essentiellement sur le langage non verbal. Sans doute un premier jeu qui pourra être suivi par « The Game » du même éditeur ou des jeux « Magic Maze », « Hanabi » qui interdisent de donner certaines informations aux autres joueurs. Ces jeux sont des vrais jeux collaboratifs où les jeux joueurs gagnent ou perdent contre le jeu.

      Les jeux à communication « obligée »

Correspondent à des jeux où la mécanique est tellement exigeante qu’il est nécessaire de parler avec les autres joueurs si l’on veut gagner contre le jeu. Tout naturellement on se retrouve dans la catégorie des jeux coopératifs : « L’île interdite », « Pandémie », « Au feu »… La mécanique des jeux attribuant un rôle à chaque joueur les oblige à dire pourquoi ils font cela ou à rappeler aux autres qu’ils doivent faire telle action… 

d)    Les jeux narratifs

Jeux de création d’histoire ils peuvent être plus ou moins exigeants et plus ou moins aidants

      Jeux d’images :

illustration du quotidien (Bla bla bla) ou illustration plus imaginaire (les cartes du jeu Dixit). En fonction de la quantité d’information sur les images, les joueurs pourront soit trouver une aide précieuse soit être complètement perdus. Il est donc conseillé de sélectionner les illustrations dans un premier temps. Dans cette catégorie, nous retrouvons les jeux de dés (Imageidés et les Storycubes). Une réelle ressource qui ne propose que des idéogrammes sur chaque face et sur un thème précis. Une combinaison des boîtes peut être un plus.

Un atout non négligeable de ces jeux est qu’ils peuvent être joués dans n’importe quelle langue sans adaptation.

      Jeux thématiques avec une aide

Dans cette catégorie, nous retrouverons principalement les jeux de l’éditeur « Le droit de perdre » qui nous proposent une panoplie de jeux qui travaille à la fois la lecture, la compréhension, le sens de la répartie ou la création d’histoire. Un catalogue de jeux assez étendu pour toutes les tranches d’âges. Nous nous arrêtons deux secondes sur « Comment j’ai adopté un gnou » ou « Comment j’ai adopté un dragon » qui demandent aux joueurs de créer des histoires farfelues. Heureusement, pour aider à la créativité, plusieurs dés sont fournis afin de favoriser la créativité des narrateurs. Une réelle ressource à utiliser aussi avec les Imageidés ou les Storycubes ».

      Jeux thématiques avec contraintes

« Nonsense » et « Barabistouille » des Éditions du Hibou. Si le premier exige de camoufler au mieux des mots étranges dans une histoire inventée, le second demande de rentrer dans la peau d’un personnage et de donner son avis sur un thème polémique. L’improvisation et l’argumentation sont les caractéristiques premières du jeu « Barabistouille ».

e)    Les jeux pour apprendre une langue étrangère

Souvent des jeux de connaissance, ils sont rares et correspondent à des jeux éducatifs. L’éditeur de référence est « Eli », qui vous propose d’apprendre de nombreuses langues.

Pour découvrir des jeux qui travaillent les compétences linguistiques, rendez-vous ici : Ludothèque 

 

Jeux logico-mathématiques

Les difficultés à l’école peuvent certes venir d’une mauvaise maîtrise de la langue, mais aussi d’un problème lié à la logique, d’un besoin de voir et de manipuler pour comprendre un concept ou de bases mathématiques trop fragiles. 

Sur certaines matières scolaires, une honte de ne pas savoir faire les opérations de base peut être présente. De nombreux jeux peuvent aider ces apprenants en difficulté et leur permettre de se libérer de la gêne par le biais du jeu.

On distingue deux grandes catégories de jeux pertinents pour l’apprentissage :

les jeux éducatifs qui sont des exerciseurs déguisés et des jeux familiaux qui ne donnent pas l’impression d’être dans une activité d’apprentissage
Les jeux éducatifs :

Les éditeurs  « Cat’s Family » , « Oxybull »  et « Haba » proposent de nombreux jeux permettant de revoir les bases mathématiques : les opérations de bases, les nombres, les fractions, les mesures.

 

Les jeux familiaux :

Par jeux familiaux, nous entendons les jeux qui ne donnent pas l’impression aux joueurs de poursuivre le travail scolaire ou de retourner à l’école. Ils sont très nombreux, c’est pourquoi il est nécessaire de les catégoriser en fonction de l’apprentissage ciblé.  

a)     Les jeux de logiques

      De relation

Compétence de base, elle est développée à l’aide de jeux qui ont fait leurs preuves tels que « Bazar Bizarre» , « Dobble », « Jungle Speed »

      De déduction

Les jeux d’enquête et de déduction sont nombreux, on se raccroche souvent au plus ancien «Cluedo », « Mastermind », « Qui est-ce ?», mais il ne faudrait pas négliger les plus récents tels que « Nom d’un renard », « Mr Jack » ou la série des « Unlock » ou des BlackStories.

      De stratégies – de démarches scientifiques

Dans cette catégorie, on retrouve la plupart des jeux abstraits de l’Éditeur Gigamic comme « Quoridor », « Quarto », etc. On y retrouvera aussi les jeux de développement et de ressources comme « 7 Wonders », « les Aventuriers du rail », « Colons de Catane ». Ces derniers jeux s’adressent à un public un peu plus âgé ayant l’habitude de jouer et de connaître les mécaniques de jeu. 

b)    Les jeux sur les nombres et les opérations

Les jeux sur cette thématique sont nombreux. II est donc facile d’organiser une séance de jeux différenciée selon les facilités ou difficultés des élèves : Parmi ces jeux, nous pouvons retrouver « 6 Qui prend », « Rummikub », « Can’t Stop », « Folix », « Mathador », « Pickomino » ou Sushi Bar qui permet de jouer avec les nombres négatifs ! 

c)     Les jeux de géométrie

      S’orienter dans le plan

Plusieurs jeux aident les joueurs à être capables de se repérer ou à s’orienter progressivement dans l’espace comme des jeux de placements d’éléments « Blokus », « Digit », « Tantrix » ou des jeux de plateaux comme Quoridor, le jeux de Dames ou d’Échecs.

      D’alignement dans le plan et dans l’espace, où l’on retrouve le classique « Puissance 4 » et les jeux « Quixo » et « Gobblet ! » de l‘éditeur Gigamic

      S’orienter dans l’espace, catégorie dans laquelle on retrouve « Skybridge » de Gigamic et le jeu « Visionary », qui est plus dur à retrouver, mais que l’on peut reproduire aisément. 

d)    Les jeux sur les grandeurs

La plupart des jeux sur les grandeurs sont des jeux d’empilage comme « Gobblet ! » ou « Zack & Pack» qui exigent des joueurs de ranger aux mieux des caisses de déménagement dans un camion.  Ces jeux permettent l’acquisition de la compétence de base qui pourra ensuite être développée avec un jeu comme « Estiméo » qui nécessite de situer et de classer différents éléments les uns par rapport aux autres.

Pour découvrir des jeux logico-mathématiques, rendez-vous ici : Ludothèque 

 

Jeux interpersonnels

Par définition, un jeu de société est interpersonnel. Ils ont le mérite de regrouper des membres d’une même famille, des amis, des élèves autour d’une table et de les plonger dans un environnement où les soucis du quotidien s’évaporeront temporairement. Dans une société en plein bouleversement, un mode de vie où l’on ne prend plus le temps de se poser et de parler à l’autre, le jeu permet de se socialiser, de communiquer, de développer de l’empathie et d’apprendre à coopérer.

De nombreux jeux sont identifiés dans le monde du jeu comme coopératifs. Pourtant, ce terme est souvent mal utilisé. Les nuances entre jeux associatifs, collaboratifs et coopératifs sont réelles.

Plusieurs questions sont à se poser :

Y a-t-il un gagnant et un perdant ? Si la réponse est non, il s’agit d’un jeu associatif.

Y a-t-il des rôles attribués à chaque joueur et donc des actions déterminées ? Si la réponse est oui, il s’agit d’un jeu coopératif. Si la réponse est non, il s’agit d’un jeu collaboratif.

Un rôle qu’un ou plusieurs joueurs s’attribuent pour gagner contre le jeu transforme-t-il le jeu en coopératif ? Bonne question ! La frontière entre jeux collaboratifs et coopératifs est fragile. Étudions cela plus en profondeur

a)        Jeux associatifs

Le jeu associatif est un moment passé ensemble, sans objectif individuel ou commun. Le défi proposé oblige la mobilisation ou la concertation de chacun des participants.

Voici quelques jeux : parachute collaboratif – crayon collaboratif – cube collaboratif.

Certains jeux peuvent se jouer de manières associatives : Timeline – Concept – Imagine – Blackstories

Découvrir les jeux associatifs dans la ludothèque : bouton lien interne dans la section direct

b)        Jeux collaboratifs

Les jeux collaboratifs sont des jeux où tous les joueurs ont une mission à remplir. Ensemble, ils doivent gagner contre un danger, contre « un méchant ». Les joueurs ont un rôle et des actions identiques.

Très présents dans les classes des enseignements en maternelles et primaires, les jeux collaboratifs disparaissent par après. Dans le meilleur des cas, certains réapparaissent dans le cadre d’un cours d’éducation physique.

Les objectifs visés sont multiples :

  • Modifier les représentations sur le jeu souvent associées à la compétition
  • Favoriser le « vivre ensemble » en développant des valeurs (respect, solidarité, coopération) ou des comportements (entraide, écoute, esprit d’équipe, cohésion du groupe, interactions)
  • Organiser des situations de communication
  • Réactiver les concepts étudiés en classe

Voici quelques exemples de jeux de société pour l’enseignement :   la glace et le ciel, Hannabi, Mystérium, Magic Maze, The Game, Aya, Unlock, Fantômes piégés, le petit verger.

Pour découvrir des jeux collaboratifs, rendez-vous ici : Ludothèque 
c)        Jeux coopératifs

Les jeux coopératifs se distinguent des jeux collaboratifs par le fait qu’ils attribuent un rôle et des compétences différentes à chaque joueur. C’est ensemble, sous la pression du temps, qu’ils vont devoir œuvrer pour sauver la terre, la population.

Dans un jeu coopératif, les joueurs trouvent un bénéfice réciproque à aider et à se faire aider.

Parmi les objectifs à atteindre, on retrouve : un ennemi à vaincre, un phénomène naturel à éviter, une équipe à battre, tout le monde gagne ou tout le monde perd, une ou plusieurs possibilités d’entraide entre les partenaires.

On distingue différents types de jeux coopératifs :

  • Les jeux compétitifs : la victoire d’un joueur ne peut être atteinte que par l’alliance avec d’autres joueurs. Il s’agit plus de collaboration que de coopération.
  • Les jeux d’équipe : la victoire ou la défaite est partagée par plusieurs joueurs.
  • Les jeux semi-coopératifs : la victoire s’acquiert seul, mais c’est le jeu qui l’emporte si les joueurs jouent de façon trop personnelle.
  • Les jeux de pseudo-coopération : les joueurs se liguent tous contre un seul joueur.
  • Les jeux coopératifs au niveau de la stratégie ou du défi à relever.
  • Voici quelques exemples de jeux de société pour l’enseignement : l’île interdite, le désert interdit, Pandémie,  Captain Sonar, etc.

Si les jeux collaboratifs permettent à un groupe de se connaître et de se souder, les jeux coopératifs développent quant à eux dans l’esprit des joueurs l’idée que la mobilisation des compétences de chacun permettra de résoudre une problématique.

Apprendre à coopérer, à travailler ensemble, à partager ses ressources se fera progressivement à l’aide d’expérience, d’un vécu commun, de nombreuses parties et d’un débriefing. Pour tout apprentissage après un jeu, le débriefing est une étape essentielle, car il favorise la prise de conscience et le transfert des acquis.

  • infographie actuelle remasteurisée

Pour découvrir des jeux coopératifs, rendez-vous ici : Ludothèque 

La classification des ludothèques : le système ESAR

Le système ESAR a été créé par Denise Garon et mis à jour par Rolande Filion. Cette typologie propose 6 facettes dont la première : l’ESAR qui se base sur les travaux de Piaget. Le système ESAR est celui qui est utilisé la plupart du temps pour catégoriser les jeux dans les ludothèques.

Les trois premières facettes correspondent à l’évolution des structures mentales selon la théorie de Piaget. En d’autres mots, les différents niveaux correspondent à une tranche d’âge définie.

Découvrons uniquement la 1ère facette.

Cette facette est spécialement intéressante, car derrière chaque niveau on pourra identifier un stade de la vie : bébé – enfants – adolescents et adultes.

  • Exercices : jeux de répétition soit sensoriels (5 sens) et moteurs (motricités globales et fines).
  • Symbolique : jeux d’imitation Jeu qui permet de jouer des rôles et de faire des mises en scène.
  • Assemblage : jeux de réunion, de construction.• Règles : jeux de convention. Respect d’un code ou une règle à respecter par un ou tous les joueurs.
 (Qui commence ? Attendre son tour…).
A10 0 Jeu d’exercice
A10 1 Jeu sensoriel sonore
A10 2 Jeu sensoriel visuel
A10 3 Jeu sensoriel tactile
A10 4 Jeu sensoriel olfactif
A10 5 Jeu sensoriel gustatif
A10 6 Jeu moteur
A10 7 Jeu de manipulation
A10 8 Jeu d’action/réaction visuel
A200 Jeu symbolique
A202 Jeu de mise en scène
A203 Jeu de production graphique
à 2 dimensions
A204 Jeu  de production
à 3 dimensions
A10 4 Jeu de simulation virtuel
A300 Jeu d’assemblage
A301 Jeu de construction
à 3 dimensions
A302 Jeu d’agencement
à 2 dimensions
A303 Jeu de montage
scientifique
A304 Jeu de montage virtuel
A400 Jeu de règles
A401 Jeu d’association
A402 Jeu de séquences
A403 Jeu de circuit
et de parcours
A404 Jeu d’adresse
A405 Jeu sportif et moteur
A406 Jeu de stratégie
A407 Jeu de hasard
A408 Jeu de questionnaire
A409 Jeu mathématique
A410 Jeu de langage
et d’expression
A411 Jeu d’énigme
A412 Jeu de règles virtuel
 2èmefacette : Habiletés cognitives

La deuxième facette cible les habiletés cognitives du joueur et donc le niveau de développement des structures mentales.

  • Conduite sensori-motrice
  • Conduire représentative
  • Conduite intuitive
  • Conduite opératoire concrète
  • Conduite opératoire formelle
3èmefacette : Habiletés fonctionnelles et motrices

Cible les jeux en fonction des sens mobilisés.

4èmefacette : Types d’activités sociales

Propose une catégorisation des jeux selon leur niveau interpersonnel : individuel, associatif, collaboratif, coopératif…

5èmefacette : Habiletés langagières

Classifie les jeux selon les compétences mobilisées.

6èmefacette : Conduites affectives

La sixième facette porte sur « les conduites affectives » et pourrait aider les psychologues à traiter certaines problématiques à l’aide du jeu.

Chacune des facettes se compose de plusieurs catégories qui sont définies dans le superbe ouvrage de Rolande Filion: Le système Esar, À la page, Québec, 2015. 

RESSOURCES

NOUS METTONS À VOTRE DISPOSITION UNE SÉLECTION DES SOURCES LES PLUS PERTINENTES , ELLES SONT DIVISÉES EN THÉMATIQUES PRINCIPALES.

DÉVELOPPEMENT DES INTELLIGENCES ET COMPÉTENCES – LOISIRS – JEUX ÉDUCATIFS – VOCABULAIRE – QUESTIONS – NARRATIFS – COMMUNICATION – LOGIQUE – GÉOMÉTRIE – NOMBRE ET OPÉRATIONS – GRANDEURS – ASSOCIATIFS – COLLABORATIFS – COOPÉRATIFS

Rejoignez-nous sur Facebook